Entretien avec un vampire

Titre : Chroniques des vampires #1, Entretien avec un vampire

Autrice : Anne Rice

Éditions : Pocket

Genres : Historique, Fantastique

Synopsis : À la Nouvelle-Orléans, dans l’obscurité d’une chambre d’hôtel, un jeune homme est le dépositaire d’un étrange et fascinant récit.

Deux siècles plus tôt, en Louisiane, riche propriétaire terrien, Louis n’a plus goût à rien. Dépressif, lassé de vivre, il n’aspire qu’au repos éternel. Lestat, jouisseur amoral, assoiffé de vie et de plaisirs, croise sa route et scelle son destin.

En le faisant vampire, il devient le guide de son âme damnée et torturée dans le monde de la nuit.

Mon Avis

Entretien avec un vampire est un classique de la littérature vampirique qui met en scène de vrais vampires, effrayants et sanguinaires.

Louis, le protagoniste du récit, conte son histoire, de son passé humain à sa mélancolie vampirique, à un journaliste humain. C’est au cours de cette nuit que le lecteur, en même temps que le journaliste, découvre tout ce qui fait Louis. Ce vampire, profondément dépressif, a été transformé par Lestat, un personnage fort charismatique. En effet, si Louis est préoccupé par de grandes questions existentielles, Lestat est un monstre sanguinaire qui aime à jouer avec ses victimes. Le contraste entre ces deux hommes est assez saisissant, et occupe une bonne partie du roman.

Le troisième personnage qui prend de l’importance au cours du récit est Claudia, une petite fille pleine de paradoxe, au désespoir profond et complexe.

Le mythe du vampire présent ici est aux antipodes de celui développé dans la littérature vampirique qui a connu son essor durant les années Twilight. Pas de sang animal ou presque, pas de brillance au soleil, pas de contact trop amical avec les humains. On est vraiment dans un vampire sombre, sans remord et dont le seul but est de satisfaire ses envies. Ce portrait correspondrait plutôt à Lestat, c’est son idéal vampirique auquel Louis a bien du mal à adhérer. Louis est en perpétuel questionnement sur sa place dans le monde, dans son rapport au bien et au mal. De ce fait, il a un grand conflit intérieur, il n’a pas le détachement qui caractérise Lestat et qui permet à ce dernier de tuer sans regrets.

Cette quête de réponse et de sens est le fil rouge de la vie de Louis, et donc du roman. Le vampire cherche à savoir si il y a une raison pour sa présence sur cette terre, si quelque chose peut légitimer ce besoin de tuer qui le maintient en vie. Mais il y a aussi une vraie réflexion sur la place du bien et du mal dans le monde ainsi que sur les relations humaines, et leur durabilité dans le temps. Bien que la majorité des problématiques abordée dans le roman soient très spécifiques au fantastique, et à des individus immortelles, donc non compris dans un espace spacio-temporel spécifique, Anne Rice réussit à inclure son lecteur dans toutes ses réflexions, qui prennent alors une dimension universelle.

Ce qui m’a le plus plu dans Entretien avec un vampire, c’est cette ambiance si particulière, si lourde. Le roman est très dense, avec finalement peu de chapitre, de temps mort dans cette narration. En plus de l’aspect narratif qui est assez lourd en soit, l’atmosphère développée au fil du récit est également sombre. Louis, comme je le mentionnais plus haut, est un personnage excessivement mélancolique, qui passe la plus grande partie du roman a exposer avec la plus grande tristesse et une forte haine de lui-même son histoire. Par conséquent le roman ne peut que contenir cette dépression qui représente le protagoniste.

Cependant d’autres personnages, tels que Lestat ou Armand amènent une certaine forme d’élégance et de folie à ce monde. Anne Rice créé un univers vaste et emplie de créatures bien différentes et pourtant partageant tous la même malédiction. Les vampires d’Anne Rice sont donc pleins de surprises !

Je recommande donc les chroniques des vampires a tous les amateurs de littérature vampirique !

Mes extraits

Le mal, c’est quelque chose de toujours possible. Et le bien, c’est quelque chose d’éternellement difficile.

Seul celui qui ne porte aucun intérêt à son existence est parfaitement libre, car il a la force extraordinaire d’être prêt à mourir.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *