Olympe

Titre : Olympe

Auteur : Hubert de Maximy

Éditions : France loisirs

Genres :Historique, Révolution Française

Synopsis : En 1793, au Puy-en-Velay, Olympe, veuve du tanneur Chambeyrac, est la proie de deux hommes qui cherchent à la déposséder de ses biens, mais aussi de ses droits. Prête à tout pour ses enfants, Olympe va déployer l’énergie de son puissant tempérament et son irrésistible séduction.

L’an II. La Terreur. Un accident de chasse débarrasse Olympe de son barbon de mari et la propulse à la tête de la tannerie familiale. A vingt-huit ans, elle doit affronter l’avidité de la bourgeoisie locale prête à tout pour faire main basse sur son patrimoine. Aidée d’un avocat retors et d’un notaire amoureux, mais aussi de deux gamins dont son fils aîné, Olympe est bien décidée à en découdre pour préserver l’avenir de ses quatre enfants.

A ses côtés, ses anciennes compagnes de couvent : Anaïs, la boiteuse, et Euphrasie, l’aristocrate déchue. Toutes trois vont spéculer sans vergogne sur les biens nationaux, mettant à mal les intérêts des plus puissants.

En place de la fortune, n’est-ce pas la prison, voire la guillotine, qui attend nos aventurières ?

Mon avis

J’ai choisi ce livre pour son thème, une histoire de femmes au temps de la Révolution Française, mais aussi pour sa couverture qui annonçait un roman plein d’aventures. Malheureusement j’ai dû revoir à la baisse mes attentes.

Olympe est une jeune veuve vivant au Puy-en-Velay au milieu des arrestations et des incertitudes de la Terreur organisée à Paris par Robespierre. Après le décès du mari qu’on lui a donné en sortant du couvent, elle se retrouve à devoir gérer les affaires de celui-ci. Elle doit prendre son indépendance en trouvant les bonnes personnes pour s’entourer. Son environnement n’est pas fiable et elle doit toujours faire attention à ses arrières, ce temps d’instabilité politique étant propice aux arrestations arbitraires. Ses amies Anais et Euphrasie sont néanmoins d’une grande aide, et se révèlent être des femmes surprenantes.

J’ai été très agréablement surprise par l’efficacité du contexte. On s’immerge facilement dans cette époque, et on sent qu’il y a un travail de recherche important derrière ce roman. Il y a beaucoup de rigueur dans la contextualisation historique, et cela donne beaucoup de charme au récit, qui semble parfaitement ancré dans son époque. De plus, la plume fluide de l’auteur accompagne très bien son roman.

Malheureusement, je ne peux pas en dire autant du reste du récit. L’intrigue manquait d’essence et d’enjeux et donc d’attrait. Le rythme m’a semblé très artificiel, dans le sens où le schéma : « il ne se passe rien pendant 75 pages, puis il y a un événement important et on recommence » se répète tout au long du récit et on ressent assez fortement la coupure entre les phases d’ennui et le reste. Je trouve que les longueurs sont vraiment présentes.

Les personnages ne sont pas non plus une grande réussite. Si j’ai apprécié qu’on mette en valeur des femmes fortes, qui apprennent à être indépendante et prennent leur envol sans besoin d’aval masculin. Mais j’ai trouvé Olympe, Anais et Euphrasie relativement creuses. Anaïs a le mérite d’avoir du caractère, et de démontrer son intelligence à de nombreuses reprises. Euphrasie, quand à elle, reste un peu bloquée dans un rôle de femme du monde éreintée, et ne connaît pas une évolution progressive dû à son arrivée tardive dans le roman, ce qui laisse peu de place au naturel de la situation.

En bref, un roman au contexte historique très réussi mais dont les personnages et l’intrigue m’ont déçus.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *